Dans la matinée du dimanche 11 mai 2003, le Pape Jean-Paul II, Evêque de Rome, a présidé une célébration eucha-ristique dans l

Parole, Eucharistie, Réconciliation :

 

Trois grandes réalités que l’Église et le monde attendent du prêtre

 

            Dans la matinée du dimanche 11 mai 2003, le Pape Jean-Paul II, Évêque de Rome, a présidé une célébration eucharistique dans la Basilique Saint-Pierre, au cours de laquelle il a ordonné 31 nouveaux prêtres pont le diocèse de Rome. Au cours la célébration, le Saint-Père a prononcé l'homélie suivante:

 

            1. « Je suis le bon pasteur » (Jn I0, 11).

            Dans la page évangélique que la liturgie d'aujourd'hui nous propose, Jésus se définit lui-même comme le Bon Pasteur qui offre sa vie pour son trou­peau.

            Le mercenaire, qui n'a pas le sentiment que les brebis sont les siennes, les abandonne et fuit face aux difficultés et aux dangers. En revanche, le pasteur qui connaît ses brebis une par une, éta­blit avec elles une relation de familiarité si profonde qu'il est disposé à donner sa vie pour elles.

            Exemple sublime de dévouement plein d'amour, Jésus invite ses disci­ples, en particulier les prêtres, à suivre les mêmes traces. Il appelle chaque prêtre à être le bon pasteur du troupeau que la Providence lui confie.

 

            2. Aujourd’hui, très chers prêtres ordinands, vous êtes vous aussi configurés au Bon Pasteur, en devenant les collaborateurs des Apôtres.

            Je vous salue tous avec affection. Je salue tout d’abord le Cardinal-Vicaire, le Vice-gérant et les Évêques auxiliaires. Je salue les Recteurs et les Supérieurs du grand Séminaire pontifical romain et du Séminaire diocésain Redemptoris Mater, qui ont pris soin de votre formation. Je salue le Cardinal Andrzej Maria Deskur et les éducateurs des « Fils de la Crois », les responsables et les éducateurs de ceux qui, parmi vous, appartiennent à la Société de Notre-Dame de la Très Sainte Trinité et à la Société de l’Apostolat catholique.

            Je désire exprimer ma reconnaissance à vos communautés paroissiales, aux associations, aux mouvements et aux groupes auxquels vous appartenez. Je remercie également ceux qui vous ont aidés à reconnaître et à accueillir l’appel du Seigneur, et en particulier aux familles, qui vous ont éduqués à la foi et qui se réjouissent aujourd’hui avec vous.

 

            3. Très chers ordinands, ce jour restera inoubliable pour chacun de vous. Aujourd’hui vous êtes »mis au service du Christ Docteur, Prêtre et Roi », en prenant part à son ministère, « qui, de jour en jour, construit ici-bas l’Église pour qu'elle soit Peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple du Saint-Esprit» (Presbyterorum ordinis, n. 1).

            Je voudrais simplement attirer votre attention sur certaines caractéristiques qui soulignent qui est le prêtre dans le projet salvifique de Dieu, et ce que l’Église et le monde attendent de lui. Le prêtre est l'homme de la Parole, à qui revient la tâche d'apporter l'annonce évangélique aux hommes et aux fem­mes de son temps. Il doit le faire avec un sens aigu de sa responsabilité, en s'engageant à être toujours en plein ac­cord avec le magistère de l’Église. Il est également l'homme de l'Eucharistie, à travers laquelle il pénètre dans le cœur du Mystère pascal. En particulier lors de la célébration de la Messe, il ressent l'exigence d'une configuration toujours plus intime à Jésus Bon Pasteur, Prêtre suprême et éternel.

            Nourrissez-vous donc de la Parole de Dieu; entretenez-vous chaque jour avec le Christ réellement présent dans le sa­crement de l'Autel. Laissez-vous tou­cher par l'amour infini de son Cœur, prolongez l'adoration eucharistique dans les moments importants de votre vie, lorsque vous devez prendre des décisions personnelles et pastorales diffi­ciles, au début et au terme de vos jour­nées. Je peux vous assurer que « j'ai fait cette expérience et j'en ai reçu force, consolation et soutien! » (Ecclesia de Eucharistia, n. 25).

 

            4. Chers ordinands, configurés au Christ Bon Pasteur vous serez les minis­tres de la divine miséricorde. Vous ad­ministrerez le sacrement de la Réconci­liation, en remplissant ainsi le mandat transmis par le Seigneur aux Apôtres après la résurrection: « Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à, vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jn 20, 22-23). De combien de mi racles et de prodiges opérés par la miséricorde de Dieu dans le confession: deviendrez-vous les témoins !

            Mais pour pouvoir accomplir dignement la mission qui vous est aujourd'hui confiée, vous devrez rester union constante avec Dieu dans la prière, et faire vous-mêmes l'expérience son amour miséricordieux à travers une pratique régulière de la Confession, en vous laissant également guider par des conseillers spirituels experts, en particulier dans les moments les plus délicats de l'existence.

 

            5. Très chers frères et sœurs du dio­cèse de Rome et vous tous qui entourez ces ordinands. Le prêtre, appelé de façon particulière à tendre vers la sainte­té, est pour le peuple chrétien dans son ensemble le témoin de l'amour et de la joie du Christ. A l'exemple du Bon Pas­teur, il aide les croyants à suivre le Christ, en lui rendant son amour. Soyez proches de vos prêtres; accompagnez-les par une prière constante et demandez au Seigneur avec insistance que les ouvriers ne manquent jamais à sa moisson.

            Et Toi, Marie, « Femme eucharistique », Mère et modèle de chaque prêtre, reste aux côtés de tes fils, aujourd’hui et au cours des années de leur ministère pastoral. Comme l’Apôtre Jean, ils t'accueillent aujourd'hui « dans leur maison ». Fais qu'ils rendent leur vie conforme à celle du Divin Maître qui les a choisis comme ses minis­tres. Que le: « Me voici », qui vient d'être proclamé par chacun avec un enthousiasme juvénile, s'exprime chaque jour dans la généreuse adhésion aux tâches du ministère et fleurisse dans la joie du « magnificat » pour les « grandes choses » que la miséricorde de Dieu voudra opérer à travers  leurs mains. Amen.

 



RETOUR