LE MIRACLE DE LANCIANO

Les Compagnons de Jésus et Marie

 

 

            Ce miracle eut lieu au début du VIIIe siècle durant la célébration de la Messe par un moine basilien.  Après avoir consacré le pain et le vin, il a commencé à douter que le Corps et le Sang du Christ soient réellement et substantiellement présents dans l’hostie et dans le calice.  Au même instant et en présence de nombreux témoins, il vit l’hostie se changer en un morceau de chair vivante et dans le calice, le vin consacré devenir du vrai sang qui s’est coagulé en cinq grumeaux de grosseur inégale.

            Un autre fait inexpliqué s’est également produit le 17 février 1574 devant l’archevêque Rodriguez et une nombreuse assemblée.  Les caillots de sang sont de grosseur différente mais, pesés individuellement, leur poids est identique à la somme des cinq caillots réunis.  Le Seigneur voulait-il ainsi nous montrer ce que l’Église enseigne :  le Christ est totalement présent dans chacune des plus petites parcelles de l’hostie consacrée, dans la plus petite goutte du vin consacré ?

            Cette Chair et ce Sang miraculeux ont été conservés et de nombreuses analyses ont été pratiquées au cours des siècles.  On peut encore les vénérer aujourd’hui dans l'église San Francesco des Frères Mineurs Conventuels.

            Désireux de vérifier l’authenticité du miracle à l’époque actuelle les Frères Mineurs Conventuels, avec l’autorisation de Rome, ont demandé à un groupe d’experts d’examiner la Chair et le Sang coagulé.  De novembre 1970 à mars 1971, des tests en laboratoire ont été pratiqués avec une extrême rigueur par les professeurs Linoli et Bertolli, ce dernier de l’Université de Sienne. En 1973, une commission médicale de l’UNESCO a corroboré leurs résultats au cours de 500 tests qui ont duré 15 mois.

 

            Voici les conclusions de ces tests qui ont circulé dans des revues scientifiques du monde entier :

 

1)      Les substances examinées sont réellement de la chair et du sang.

2)      La Chair et le Sang sont d’origine humaine.

3)      La Chair est constituée de myocarde, muscle en provenance du cœur.

4)      La Chair et le Sang sont du même groupe sanguin AB.

5)      Le diagramme de ce Sang correspond à du sang prélevé du corps d’un homme le jour même.

6)      La Chair et le Sang sont exactement comparables à ceux d’un homme ayant réellement existé.

7)      Dans les tissus organiques, on n’a relevé aucune trace de perméation d’une substance destinée à les préserver par momification.

8)      La façon dont cet échantillon de chair a été obtenu par dissection d’une partie du myocarde révèle un talent exceptionnel de la part du praticien.

9)      On n’a pas pu observer même le moindre signe d’un début de corruption, bien que ces reliques aient été exposées durant des siècles à l’action d’agents physiques, atmosphériques et biologiques

 

* * * * * * *

 

ONZIÈME MIRACLE EUCHARISTIQUE

À NAJU EN CORÉE DU SUD

 

Éparchie de Toronto

(catholique ukrainienne)

Administrateur apostolique

Bureau de la Chancellerie

 

Naju, Corée du Sud, le 22 septembre 1995

 

Déclaration sous la foi du serment des témoins de la transformation miraculeuse de l’Hostie et du Vin consacrés en chair palpitante et en sang lorsque Julia Kim a reçu la Sainte Communion au cours de la Célébration Eucharistique durant une Messe en plein air célébrée à l’extérieur de Naju, le 22 septembre 1995 à 17h.

 

            Je soussigné, Mgr Roman Danylak, administrateur apostolique de l’Éparchie de Toronto pour les catholiques ukrainiens de Toronto, Canada, et évêque titulaire de Nyssa, déclare solennellement par la présente avoir concélébré la Divine Liturgie, ou Sainte Messe, le vendredi 22 septembre 1995, à 17 h, avec le R. P. Aloysius Chang, prêtre paroissial de l’Archidiocèse de Kwangju, Corée, que j’avais invité à m’accompagner durant ma visite en Corée, et le R. P. Joseph Peter Finn, prêtre retraité du diocèse de London, Canada.  La célébration a eu lieu en plein air sur les lieux où, avec la grâce de Dieu, une église doit être érigée en l’honneur de la Très Sainte Vierge Marie et Mère de Dieu.

 

            Après la liturgie de la Parole, j’ai prononcé moi-même une brève homélie.  J’ai administré avec le père Chang, après la Communion des prêtres, la Sainte Communion sous les deux espèces à Julia Kim et à onze autres communiants.  Au cours de la distribution de la Sainte Communion aux autres personnes présentes, j’ai soudain entendu les sanglots d’une femme qui assistait à la Messe.  La Sainte Hostie que Julia avait reçue s’était changée en chair vivante et en sang.   Le père Joseph Finn, resté à l’autel durant la Communion des fidèles, observait Julia ;  il a remarqué qu’au moment où il s’est tourné pour l’observer, il a vu disparaître le bord blanc de l’hostie qui a pris la substance d’une chair vivante.  Je suis retourné vers Julia avec le père Chang.  L’hostie s’était changée en chair vivante d’un rouge foncé et elle saignait.  Après la Messe, Julia nous a expliqué qu’elle avait senti la Chair Divine prendre une consistance épaisse et que le sang coulait en plus grande abondance qu’au cours des précédents miracles.  Nous sommes restés en silence et en prière.  Toutes les personnes présentes ont pu voir et vénérer l’Hostie miraculeuse.  Après un certain temps, j’ai demandé à Julia d’avaler et de consommer l’hostie. Julia nous a par la suite confié que l’Hostie était devenue grosse et charnue, et qu’elle avait eu quelque difficulté à la consommer.

 

            Elle a conservé un moment le goût du sang dans sa bouche.  J’ai demandé qu’on lui apporte un verre d’eau de la source miraculeuse qui coule près de l’endroit.  En buvant, ses doigts ont touché ses lèvres et on pouvait voir une trace de sang sur un doigt.  Elle a rincé son doigt dans l’eau avant de la boire.

 

            En témoignage de quoi j’appose ma signature accompagnée de celle de toutes les personnes présentes.

Naju, ce 22e jour de septembre 1995

 

(Signé)

Roman Danylak, évêque titulaire de Nyssa,

Administrateur apostolique, Éparchie de Toronto, Canada

Joseph P. Finn, Saint Peter’s Cathedral Basilica,

London (Ontario), Canada.

Aloysus Chang,

prêtre de l’archidiocèse de Kwangju.

(Signatures coréennes d’autres personnes présentes)

Raphael Song, Vivianna Cho, Ru Bi No Pork, Bi To Hna.

 

P.-S. : Après la Messe et l’action de grâce, une des femmes présentes, Michaeline, de Tejan, a témoigné qu’elle avait été miraculeusement guérie au cours de la Consécration.  Elle éprouvait depuis une dizaine de jours des douleurs intenses au dos et à l’épaule.  Elle devait subir un examen à l’hôpital le lundi suivant.  C’est elle qui s’est mise à sangloter lorsqu’elle a vu les joues de Julia faire des succions après avoir reçu l’hostie et bu le vin. Michaeline s’était rendu compte que l’hostie se transformait dans la bouche de Julia.

(Signé) Roman Danylak

 

Témoignage de Julia Kim

 

            Mgr Roman Danylak, évêque de Toronto (Ontario), Canada, a célébré la Messe sur la montagne avec le père Joseph Peter Finn, S.T.D., de l’Ontario, au Canada, et un prêtre coréen.  Seize laïcs assistaient à la Messe.  Nous avons reçu la Communion sous les deux espèces.  En recevant les deux espèces dans ma bouche, j’ai senti que l’Hostie et le Précieux Sang se mélangeaient et l’Hostie a commencé à grossir.  J’ai senti en même temps une forte odeur de sang et l’Hostie s’est mise à palpiter.  Une des fidèles s’en est aperçu et a averti Mgr Danylak. L’évêque a pu observer le phénomène avec les autres personnes présentes.  Mgr Danylak m’a dit ensuite d’avaler l’Hostie.  Je l’ai fait avec beaucoup de difficulté parce que l’Hostie était devenue un morceau de chair et avait grossi.  Nous avons pleuré et prié ;  une lumière est descendue du Ciel et la voix de Jésus s’est fait entendre, à la fois chaleureuse et aimante, pleine de dignité et de majesté, même si je ne pouvais pas le voir.

 

Paroles de Jésus

 

            « Ma petite âme bien-aimée !

            Le plus grand trésor de mon Église est ma Très Sainte Mère Marie.  Ma Mère est la Reine de l’Univers, la Reine du Ciel et elle est aussi votre Mère.  C’est pourquoi ma Mère Marie vous aime comme je vous ai aimés ;  et elle peut faire aussi tout ce que je fais, en moi et par ma grâce.  Aujourd’hui, ma Mère, qui est la Mère du Ciel et votre Mère, et à travers cette petite âme inadéquate (Julia) révèle et montre mon Cœur à un évêque qui cherche à me suivre Moi et ma Mère comme un enfant, afin de pouvoir mieux faire connaître encore que je suis réellement présent dans l’Eucharistie, ce mystère sublime de foi et d’amour.

            Si mes prêtres, qui célèbrent chaque jour la Messe, croyaient véritablement en cette Présence, s’ils cherchaient à la ressentir de tout leur cœur et vivaient cette sublime et merveilleuse Réalité Divine comme ce qu’elle est vraiment, d’innombrables âmes seraient purifiées et vivraient dans mon Cœur miséricordieux avec une grâce qui surpasse toutes vos espérances.

            Hâte-toi de faire connaître ma Présence Réelle.

            L’apostasie et l’infidélité ont conduit le monde au bord de la ruine ;   trop de mes représentants continuent à dormir.  En vérité, mes représentants se laissent même séduire par de faux prophètes. Les désordres actuels me tourmentent continuellement ;  ils me déchirent le Cœur ;  ce sont des coups de fouet qui ne cessent de déchirer le Cœur Sacré et Immaculé de ma Mère.

            Ô âmes que j’ai appelées !  Vous connaîtrez l’incompréhension et les persécutions dans mon Église blessée et divisée ;  mais je demeurerai toujours avec vous pour vous encourager et vous aider.  Je serai toujours à vos côtés.  N’ayez pas peur ;  continuez d’avoir confiance en moi et de proclamer que je suis vivant dans l’Eucharistie.

            Bien des prêtres et un grand nombre de mes enfants affirment savoir que je vis et respire dans l’Eucharistie, que j’y suis présent avec mon Corps, mon Sang, mon Âme et ma Divinité ;  mais ils ne me connaissent pas vraiment bien.  Ils ont vu plusieurs fois ma présence vivante grâce à cette petite âme (Julia).  Malgré cela, mes enfants sont peu nombreux à me suivre.

            De nombreux ecclésiastiques veulent me faire connaître en employant des arguments sophistiqués et des raisonnements compliqués, oubliant l’Eucharistie qui est ma Substance et la sublime simplicité de l’Évangile que je proclame. C’est comme s’ils jetaient de la boue à des gens simples.

            Mon cher peuple bien-aimé, ne rejetez pas l’appel que je fais sous cette forme, Moi qui suis véritablement présent dans l’Eucharistie.

            Si malgré tout le peuple ne veut pas comprendre les signes (que je donne), s’il ne suit pas ma Volonté de lui accorder mon Amour, si les hommes continuent à nier le caractère divin des manifestations de Dieu, ils devront alors faire face à la colère de Dieu le Père.

            Parce que les paroles d’amour et de tendresse de ma Mère ont été ignorées au cours des derniers siècles, le péché a atteint un point de saturation, même à l’intérieur de l’Église.

            Hâtez-vous de commencer une vie de dévotion par la prière, le sacrifice et la pénitence afin de remporter la victoire finale et d’accomplir des actes de réparation pour les très abominables péchés de blasphème qui ont été commis.  Et si vous suivez ma Mère afin de restaurer mon honneur bafoué, vous ne vous perdrez pas, même dans le sombre labyrinthe de la vie de ce monde.  Ma Mère Marie est le raccourci qui vous conduit vers moi, l’aube resplendissante de mon Église renouvelée et l’arche d’une nouvelle alliance.

            Mes enfants qui suivez et proclamez mes messages, proclamez-moi et ne vous préoccupez pas en priant de ce que peuvent penser vos critiques.  Leurs pensées se dissiperont aussi rapidement que les nuages dans le ciel car la main de Dieu repose sur vous.

            Je vous bénis avec tous ceux qui vous sont chers. »

 

            Julia, le 23 septembre 1995

 

***

 

            Le douzième miracle eucharistique a eu lieu au Vatican, le 31 octobre 1995, au cours d’une Messe privée célébrée par le Pape Jean-Paul II. Étaient présents Mgr Nam Ik Paik, Julio, mari de Julia, Rose, sa fille et Raphael, un séminariste. Il y avait aussi plusieurs autorités de l’Église et quelques invités venus de France.             

            Durant la Messe, la voyante et ses compagnons ont été autorisés à chanter des cantiques en coréen.  Au moment de la Communion, l’Hostie consacrée que le Saint Père a déposée sur la langue de Julia est devenue substance visible du Corps et du Sang de Notre-Seigneur.

 



Retour à la première page