Les anges et le monde spirituel

 

Comme le Christ est l'unique médiateur entre Dieu et les hommes, on pourrait être tenté de n'accorder au­cune importance à l'existence des an­ges. Dans la tradition juive, de multi­ples témoignages affirment néan­moins cette existence; en fait la révélation de la nouvelle alliance va dans le même sens. Jésus parle des anges à plusieurs reprises, et certains d'en­tre eux jouent plus particulièrement un rôle dans sa venue ou dans son œuvre.

Ainsi, l'ange Gabriel, spécialement nommé par Luc dans le récit de l'An­nonciation, intervient d'une manière significative au moment où va s'ac­complir le mystère de l'Incarnation. Le contact qu'il établit avec Marie montre que, loin de vouloir supprimer tous les intermédiaires, le dessein di­vin se sert de la médiation d'un ange pour adresser à Marie la proposition de maternité messianique et pour re­cueillir son consentement.

La présence des anges est encore mentionnée lors de la naissance de Jésus ; elle est plus remarquable lors de la résurrection, puisque ce sont des anges qui, les premiers, font con­naître la vérité du Christ ressuscité et contribuent à susciter les premières adhésions de foi à ce mystère. Ce sont également des anges qui expli­quent aux disciples le sens de l'Ascension et les invitent à adopter une attitude qui correspond à l'inten­tion divine manifestée par ce départ.

En se présentant comme le Fils de l'homme, Jésus attire l'attention sur les anges qui l'accompagnent. La déclaration la plus impressionnante en ce domaine nous est rapportée par saint Jean au début de sa vie pu­blique : « En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descen­dre au-dessus du Fils de l'homme » (1, 51). Il y a là une allusion au songe de Jacob, qui avait vu une échelle plantée en terre, dont le sommet attei­gnait le ciel, avec les anges qui y montaient et y descendaient (Gn 28, 10-17). Cette figure de l'échelle qui unit ciel et terre se réalise dans le Fils de l'homme, personnage divin qui mène une existence humaine. Les an­ges s'attachent à ce Fils de l'homme en assurant le continuel passage du ciel à la terre qui distingue le mystère de l'Incarnation.

L'image de l'échelle aide à mieux comprendre en quel sens le Christ est médiateur : il vient du ciel sur la terre pour apporter à la terre toute la ri­chesse du ciel. Loin d'exclure la médiation des anges, il l'inclut dans la mission où il unit divinité et humani­té.

On peut d'ailleurs se souvenir de l'interprétation qui doit être donnée à l'unique médiation du Christ : le Christ est le seul médiateur entre Dieu et les hommes, en ce sens que sa médiation exclut toute médiation concur­rente ou parallèle. Mais elle n'exclut pas les participations à sa médiation : c'est ainsi que les prêtres participent à la médiation sacerdotale du Christ et que Marie, elle aussi, exerce un rôle de médiatrice en participation et en dépendance de la mission rédemptrice de son Fils.

Jésus a voulu faire une place aux anges dans l’œuvre du salut. Il a même affirmé une assistance continuelle des anges à la vie humaine, ce qui contribue à montrer la valeur de chaque vie, si modeste soit-elle. Même si les croyants sont des « petits », ils possèdent une grandeur cachée : « Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits ; car, je vous le dis, leurs anges aux cieux se tiennent constam­ment en présence de mon Père qui est au cieux » (Mt 18, 10).

Il y a donc des anges qui sont attachés à chaque personne et qui, de­meurant dans la contemplation céles­te du Père, orientent l'existence hu­maine vers le Père. On les a appelés anges gardiens, mais leur rôle n'est pas seulement un rôle de protection. Ils dirigent chacun vers le but de la vie qui se trouve dans le Père.

En laissant entrevoir cette valeur donnée à la vie humaine par la présence des anges, Jésus a attiré notre attention sur un monde spirituel plus vaste que nous ne pensons, et plus apte à nous épanouir dans notre des­tinée spirituelle.

 

R.P. Jean Galot, s.j.

 

Retour à l'Osservatore Romano